L’Algérie de Camus, mardi 21/03 à La Garde

Séance du mardi 21 mars à 14h30 à La Garde (Auditorium Gérard Philipe) animée par José LENZINI, Écrivain et spécialiste de Camus.

Le rapport  de Camus à l’Algérie est très fort qu’il s’agisse de son enfance, de son œuvre et de cette morale simple et essentielle qui nous rend si proches de lui.

Il était viscéralement attaché  à cette terre dont il pressentait les risques de fracture. On en retrouve la trace dans ses premiers articles d’Alger Républicain et tout au long de ses mises en garde.

Je vous propose une balade dans cette Algérie heureuse et tragique, merveilleuse et désespérante dont Camus voulait croire que la fraternité l’emporterait sur la rancœur, la haine et le sang.

Taïwan et la Chine, mardi 28/02 à La Garde

Séance du mardi 28 février à 14h30 à La Garde (Auditorium Gérard Philipe) animée par l’Amiral Georges PRUD’HOMME, Contre-Amiral, ancien Directeur du Musée National de la Marine.

Le 16 octobre 2022 devant 2200 responsables du Parti communiste Chinois le Président Xi Jinping a précisé : « Nous insistons sur la nécessité  de rechercher la perspective d’une réunification pacifique avec la plus grande sincérité et avec le plus grand effort. Cependant nous ne nous  engageons pas à abandonner le recours à la force » « La réunification avec Taïwan doit être faite et elle sera faite »

Pourquoi la Chine de plus de 1,3 milliard d’habitants s’obstine-t-elle à récupérer cette petite île de 23 millions d’habitants ?

Pourquoi les Etats-Unis prennent le risque de déclencher une guerre mondiale en intervenant militairement  en cas d’invasion militaire chinoise sur Taiwan ?

La chute de la natalité, ainsi que les différentes graves crises que traverse actuellement la Chine, mettent en danger le pouvoir du Président Xi Jin Ping et du Parti communiste Chinois. Quel risque y a-t-il que, si un jour Xi Jin Ping constate que le pouvoir lui échappe, il puisse avoir comme seul geste désespéré d’agiter d’une part un nationalisme exacerbé, et d’autre part de déclarer l’assaut de Taïwan, afin de préserver son autorité ?

Ces différentes hypothèses seront étudiées lors de la conférence UTL6 du Mardi 28 février à La Garde.

La solitude, un rapport aux autres, mardi 07/02 au Pradet

Séance du mardi 07 février à 14h30 au Pradet (Espace des Arts) animée par Hervé Madet, Psychanalyste.

On pense généralement que la solitude est subie. Qu’elle est liée à des événements extérieurs : le passage à la retraite, une séparation, le départ des enfants, un deuil…

Avec le confinement, des personnes qui avaient habituellement des relations sociales riches et nombreuses se sont retrouvées isolées. Elles n’ont pas pour autant toutes souffert de la solitude. Au contraire, certaines personnes peuvent avoir un sentiment de solitude alors qu’elles ont de nombreuses fréquentations.

Ce que l’on sous-entend habituellement dans le terme de solitude, c’est plus exactement le sentiment de solitude et le mal-être qu’il engendre.

Cependant le sentiment de solitude n’est pas forcément négatif. Dans certains cas le sentiment, et non l’émotion, peut-être pathologique, Il est alors question d’une problématique que nous qualifierons de relationnelle, et nous pourrons étendre cette notion à toute pathologie psychologique.

Hervé Madet est psychanalyste, Directeur et fondateur de l’EFPP, E-­faculté de psychologie et psychanalyse, Structure créée en 2000 et aujourd’hui et aujourd’hui première en France dans le domaine de l’enseignement à distance en psychothérapie..

De Dr Jekyll à Dracula : la décennie fantastique de l’Angleterre, mardi 24/01 au Pradet

Séance du mardi 24 janvier à 14h30 au Pradet (Espace des Arts) animée par Bernard Sasso, Docteur en Histoire.

A la toute fin du siècle victorien, 4 œuvres iconiques de la littérature britannique sont publiées : L’étrange cas  Dr Jekyll et Mr Hyde de Robert Louis Stevenson (1886),  Une étude en rouge  d’Arthur Conan Doyle première aventure de Sherlock Holmes (1887), Le Portrait Dorian Gray d’Oscar Wilde (1891) et enfin le Dracula de Bram Stoker (1897).

Ces œuvres s’inscrivent dans un climat d’inquiétude sociale et politique qui se reflète dans une série de crimes aujourd’hui encore non résolus : ceux de Jack L’Éventreur.

Comment ces œuvres  anticipent ou témoignent symboliquement des meurtres commis à Londres en 1888, ce que tentera de montrer Bernard Sasso lors de cette conférence.

Approche psychologique de la crise environnementale, mardi 10/01 à La Garde

Séance du mardi 10 janvier à 14h30 à La Garde (Auditorium Gérard Philipe) animée par Thierry Ripoll, Professeur au Laboratoire de Psychologie Cognitive d’Aix-Marseille Université.

Il devient de plus en plus évident que nous nous acheminons vers un désastre écologique majeur.

Qu’il s’agisse du réchauffement climatique, de biodiversité ou des limites géophysiques la planète, la situation est critique et, à l’évidence, nos comportements individuels comme collectifs ne sont pas à la hauteur de la révolution anthropologique requise pour surmonter ce moment historique de l’histoire de l’humanité.

Je présenterai les raisons de ce hiatus entre notre conscience et nos actes à la lumière de nos connaissances en psychologie, neurosciences, anthropologie, biologie évolutionniste et économie.

Je conclurai sur la seule solution rationnelle qui ne manquera pas de vous apparaitre utopique en raison de la rupture anthropologique qu’elle requiert.

 

Préhistoire : Aux temps immenses du paléolithique supérieur, mardi 06/12 au Pradet

Séance du mardi 06 décembre à 14h30 au Pradet (Espace des Arts) animée par Patrick Penel, docteur ès-sciences, professeur honoraire des universités, membre de l’Académie du Var et président de l’association HARPS (Humanités, Arts, Psychologie, Sciences).

Les « petites » histoires de nos ancêtres anatomiquement modernes, Homo sapiens, s’inscrivent depuis 40 millénaires dans la grande histoire du paléolithique supérieur. Chasseurs-cueilleurs pour l’essentiel, ce qu’ils nous ont transmis de millénaire en millénaire est fascinant. Il nous faudrait pouvoir comprendre quelle imagination et quelle symbolique les inspirèrent, quelles habiletés, inventivités techniques, quelle volonté et quelle organisation sociale les conduisirent à ce niveau tout à fait exceptionnel de réalisation artistique au fond des grottes et de créativité architecturale monumentale.

Leur communion avec la nature est on ne peut plus clairement affirmée, leur bestiaire est magnifique. C’était il y a 38 000 ans à Chauvet, c’était il y a 20 000 ans à Lascaux. Trop incroyables pour être vraies, les premières peintures à avoir été découvertes, à Altamira, furent longtemps contestées quant à leur authenticité.

Au Proche Orient, en ce Levant par lequel toutes les vagues successives de migration sont passées, nos ancêtres se sont réinventés, ils ont construit les premières architectures mégalithiques, découvertes il y a peu, elles n’ont pas fini de nous faire rêver, c’était il y a 12 000 ans  à Göbekli Tepe.

Découvertes récentes ou re-découvertes et Fascination…

Douleurs et acupuncture, mardi 22/11 à La Garde

Séance du mardi 22 novembre à 14h30 à La Garde (Auditorium Gérard Philipe) animée par le Docteur Olivier Goret.

Près de 30% de la population souffre de douleurs chroniques en France, notamment celles qui touchent le dos, le cou et les épaules, les membres et la tête, l’abdomen.

Elles sont souvent associées à des dépressions, une anxiété, des troubles du sommeil et des altérations de la qualité de vie. Elles représentent 2/3 des consultations des visites médicales.

En raison de cet impact et des recours au système de soins induits, la douleur a un coût socio-économique élevé. Il s’avère que le traitement médicamenteux actuel est soit insuffisant, soit porteurs d’effets secondaires importants et de contre-indications.

La recherche actuelle a mis à jour de nouvelles pistes thérapeutiques pour lutter contre la douleur chronique apparait nécessaire pour palier ces insuffisances thérapeutiques.

La recherche scientifique intensive de ces dernières années en acupuncture a désigné cette approche non médicamenteuse comme la plus prometteuse aux vues des résultats positifs sur la douleur chronique.

Les plus grandes sociétés savantes internationales la recommandent dans de nombreuses indications. C’est ainsi que la prise en charge de la douleur chronique peut être améliorée dans la pratique médicale quotidienne et dans les centres spécialisés grâce à l’acupuncture.

 

Le docteur Olivier Goret est Président du GERA (Groupe d’Etudes et de Recherche en Acupuncture), il est également responsable du site www.gera.fr  dédié aux preuves et pratiques en acupuncture avec des actualités/blog, un centre de preuves, une Base de données bibliographiques Acudoc2 et des formations.

L’activité du Gera est axée sur son centre de documentation dont l’objectif est le recueil, classement, analyse et synthèse de la littérature relative à l’acupuncture et aux sciences médicales chinoises.

 

L’image de l’enfant dans l’art, mardi 08/11 au Pradet

Séance du mardi 08 novembre à 14h30 au Pradet (Espace des Arts) animée par Yves Stalloni, agrégé de lettres modernes, docteur d’État ès lettres, professeur honoraire de Chaire supérieure.

L’enfant, porteur de promesses, a, depuis la plus lointaine antiquité, inspiré les artistes qui ont voulu, sous des formes diverses et avec des intentions variées, saisir ce moment privilégié de la vie.

Un peu comme il suggérait Victor Hugo « Lorsque l’enfant paraît » l’art, et notamment la peinture, s’illumine. Le petit de l’homme a fasciné les artistes dès l’antiquité et plus encore avec le christianisme à travers la figure, représentée à satiété, de l’enfant Jésus.

Dans la vie laïque, deux domaines se concurrencent pour ce que nous avons appelé, en jouant sur les mots, les « puériles visions » : l’enfant de grands, héritier de roi ou d’empereur, appelé parfois à le devenir lui-même ou encore descendant de personnalités importantes ou de notables ; l’enfant du peuple, saisi dans son quotidien fait de travail et de vagabondage. Cette distinction n’empêche pas le déploiement d’une riche thématique liée à l’enfant, la maternité, l’éducation, le jeu, la maladie, l’environnement, le « mignotage »…) révélatrice defaits de civilisation, de postures sociales ou de traits psychologiques. Une tentative pour remonter à « l’enfance de l’art ».

Un plaisir subversif : les films de Luis Buñuel, mardi 18/10 au Pradet

Séance du mardi 18 octobre à 14h30 au Pradet (Espace des Arts) animée par Kamel BENKAABA, Enseignant en études cinématographiques à l’Université de Copenhague.

Considéré à juste titre comme l’un des plus grands réalisateurs de l’histoire du cinéma, Luis Buñuel (1900-1983) aimait cultiver le goût du paradoxe.

Ses films se caractérisent par une grande force subversive qui obligent littéralement le spectateur à voir la réalité d’un autre œil.

La conférence, en s’appuyant sur des extraits de films, permettra de vérifier la conviction profonde de Luis Buñuel qu’il “suffirait que la paupière blanche de l’écran puisse refléter la lumière qui lui est propre pour qu’il fasse exploser l’univers“.